Faire ses études à Paris ? Et si c’était finalement ailleurs ?

Nos 3 enfants sont encore à l’école primaire, mais ils feront – on l’espère – des études. Certes, à Paris on est très bien lotis, mais imaginons que l’un d’entre eux parte en province faire 3 ou 5 ans d’études. Imaginons encore qu’un autre soit admis dans une prestigieuse université étrangère. Prestigieuse rimant souvent avec couteuse, je commence à réfléchir à l’épargne qu’il faut dès maintenant commencer à mettre en place.

L’horizon temps étant aux alentours de 10 ans, l’assurance-vie parait un moyen adapté grâce à sa fiscalité avantageuse (enfin, c’est le cas sur les plus-values, donc il faut aussi que la bourse soit favorable). Comment s’y retrouver dans toutes les offres ? Banque en ligne, banque classique, société spécialisée ? Heureusement que quelques journalistes ont fait le travail de pré-sélection pour nous.

Voir le top 100 des assurances-vie par l’Express

Publicités

Au secours, la poubelle jaune est pleine !

Sensible à la protection de l’environnement, j’étais bien décidée à trier mes déchets.

Image

Pour le verre, pas de problème, je suis appliquée et constante.

C’est pour la poubelle jaune que les choses se corsent. Ma cuisine typiquement haussmannienne (comprenez : un bout de couloir à l’entrée de l’appartement) ne me permettant pas d’avoir 2 poubelles, j’ai essayé différents systèmes. Notamment le grand sac en papier suspendu à la poignée de la fenêtre, qui recueille papier, carton, plastique (mais attention ! pas n’importe quel plastique !).

Et moi voilà descendant fièrement mon grand sac en papier à vider dans la poubelle jaune. Las ! Elle est tellement pleine que, dépitée, je me résous à la jeter dans la poubelle verte. Le même scenario s’étant produit plusieurs fois, j’ai perdu de mon enthousiasme.

Un petit rappel sur Comment trier ses déchets

recyclage eau en bouteille

Le recyclage des bouteilles d’eau

Notre moyen de transport préféré : la trottinette

Faire les courses, aller à la bibliothèque (10 minutes à pied), au parc d’Anvers (5 minutes), chez le médecin, chez les copains du quartier, au gymnase à 15 minutes dans le 9ème arrondissement, à la piscine : des déplacements très fréquents les mercredis et le week end.

Pour toutes ces activités, je privilégie évidemment tout ce qui est dans mon quartier, pour éviter de prendre les transports en commun le week-end. Prendre le métro ne me dérange pas, mais de là à dire que c’est un plaisir que je recherche…

Et donc avec l’arrivée des enfants, ces trajets fréquents qui prennent 10 minutes à un adulte décidé, peuvent s’éterniser… « tu peux me porter ? », « on peut s’arrêter là pour jouer un peu ? », « Maman, pourquoi tu marches aussi vite ? »…

C’est comme çà que nous nous sommes mis à la trottinette. Comme par magie, les enfants prennent plaisir à ces trajets, sont devant nous, font des allers-retours pour nous attendre, et jouent, jouent, jouent…

Et que faire de la trottinette une fois arrivés à la bibliothèque, au gymnase, au musée, au supermarché ? Presque tous ces lieux parisiens gardent volontiers les trottinettes, à l’exception de certains gymnases qui râlent un peu devant leur hall d’entrée encombré de 2 roues.

Un moyen de transport résolument écologique

Un moyen de transport résolument écologique

J’avoue que je ne leur fais pas porter de casque pour cette activité. Ce n’est peut-être pas très prudent, mais sinon cela complexifierait le départ et le stockage à destination.

Et c’est heureux car comme moyen de transport écologique, maniable, pliable… on fait difficilement mieux.

Au coeur d’un pic de pollution

C’est bizarre,  aujourd’hui, la Tour Eiffel est nimbée d’un halo, le Sacré-Coeur semble entouré d’une brume matinale alors qu’il fait grand beau. 

Mais d’où vient ce brouillard légèrement jaune qui flotte sur Paris ?

Il s’agit d’un des pires pics de pollution enregistré sur l’agglomération depuis longtemps !

C’est donc pour ça que mon fils de 6 ans respire si difficilement la nuit ? Et que lorsque j’ouvre la fenêtre le soir pour aérer, une odeur aigre me saute aux narines ?

Bon, là j’avoue qu’écrire un article sur les avantages de la vie à Paris en famille quand l’air pique la gorge est un peu compliqué.

Vivement ce week end que le vent balaye tout ça !

Quand la pollution sur Paris est visible à l'oeil nu

Quand la pollution sur Paris est visible à l’oeil nu