Consommation collaborative : ça marche même pour les piscines privées !

Posséder n’est plus dans l’air du temps et c’est tant mieux. Vous avez toujours rêvé de passer une après-midi ensoleillée avec vos enfants auprès d’une piscine privée mais il vous manque juste le jardin, la maison… et le budget ?

Pas de problème ! Sur le modèle d’Airbnb, avec un design copié-collé de ce dernier, Fewhourz a été lancé et propose exactement le même type de service appliqué à la piscine privée.

Vous louez à l’heure une piscine près de chez vous, après avoir consulté les photos et vérifié les avis des précédents utilisateurs.

C’est quand même plus sympa que la piscine municipale couverte, et pas besoin d’un bonnet de bain, ni de casier sécurisé, moins de chance d’y attraper des poux ou verrues plantaires.

Pour plus d’info sur Fewhours

Le bonheur est dans l'eau !

Le bonheur est dans l’eau !

Lire l’article Le bonheur est dans la piscine

Autopartage ou co-voiturage ? Faut-il vraiment choisir ?

Avoir une voiture à Paris, c’est compliqué, et plus de 50% des parisiens s’en passent déjà. A Montmartre, le budget de location d’un parking varie entre 180 et 230€/mois. Et quand on a un appartement avec parking, me direz-vous ? Certains de mes amis, famille avec deux enfants, préfèrent le louer à d’autres… et récupèrent ainsi largement de quoi louer un véhicule quand le besoin s’en fait sentir. Car évidemment, on ne peut pas toujours s’en passer. Un brunch à la campagne, une virée chez Ikea, un matelas à aller chercher de l’autre côté de la ville… autant de cas où il FAUT une voiture.

C’est là que plusieurs solutions s’offrent aux Parisiens, qui ont toutes leurs avantages et qu’il peut être opportun de cumuler.

Qu’est-ce que l’Autopartage ?

Ce système offre la possibilité de mettre à disposition des clients un parc de véhicules. A Paris, le développement est en plein essor depuis 3 ans environ et prend de l’ampleur. Le but reste essentiellement pour un particulier de profiter d’un véhicule lorsqu’il en a absolument besoin, et ainsi économiser sur les frais de voiture.

La différence avec le covoiturage

Contrairement au covoiturage, l’autopartage met à disposition des véhicules, alors que dans l’autre système le principe est de partager le trajet avec d’autres voyageurs (déplacements occasionnels ou réguliers). Les usagers utilisant l’autopartage doivent souscrire à un abonnement pour bénéficier des véhicules sur des déplacements plutôt courts, voire occasionnels.

Le système Autolib

Ayant une vocation de service public, la ville de Paris propose la mise à disposition de véhicules électriques afin de réduire les émissions de micro-particules et gaz d’échappement. Elle propose ainsi, sur la base d’un contrat d’abonnement, une solution de déplacement écologique et pratique à ses membres. Si le système est particulièrement novateur, il faut en revanche noter que le succès est mitigé, notamment en raison du prix de départ de l’abonnement et la qualité des véhicules.

La voiture familiale :-)

La voiture familiale 🙂

Les concurrents en auto-partage, comme Mobizen

Mobizen existe depuis 2007 et propose dans la même logique de partager l’utilisation d’un véhicule. Ainsi on s’évite tous les frais indirects (impôts, assurances, parking, et même le carburant). Pour aller au Bois de Vincennes avec les enfants, ou chez Lapeyre à Bobigny, c’est la solution pratique et zen. Les tarifs sont variables selon les nécessités  : petit demandeur, ou souhaitant rester non-membre. L’idéal restant, bien sûr, de solliciter ce système pour des trajets courts et ponctuels.

Personnellement je suis fan de Mobizen, que je pratique depuis plusieurs années, à l’époque où ça s’appelait encore « Caisse Commune ». Un nom joliment trouvé d’ailleurs. Le gros atout par rapport aux abonnements des loueurs classiques (car j’ai aussi un abonnement Europcar Autoliberté), c’est que les stations sont plus accessibles. La mienne se trouve dans un parking Vinci, au métro Anvers, soit à 5 minutes à pied de chez moi. Aucun délai d’attente, je récupère les clés dans une armoire sécurisée.

Alors  que lorsque j’utilise mon abonnement Europcar, plus économique lorsqu’il faut faire de longues distances ou pour des durées plus longues, prendre la voiture est fastidieux. Bien que la distance Pigalle-Gare du Nord soit très réduite à vol d’oiseau, il me faut en général 1 heure au total pour récupérer une voiture : y aller (trottinette, bus ou métro avec un changement), faire la queue pour prendre les clés, ressortir de la gare, rentrer dans le parking Lariboisière, enjamber les toxicomanes qui squattent les escaliers, trouver la voiture, et franchir les innombrables feux rouges.

Bref, dès que c’est possible, je choisis Mobizen, et j’utilise le système Autoliberté d’Europcar pour les vacances et les longs week ends.

La checklist de la rentrée (extrait)

En cette période de rentrée, les check lists des parents sont en général bien remplies. Voici un – court – extrait de la mienne :

– les certificats médicaux pour le sport

– qui dit passage chez le médecin, dit vérification des carnets de vaccination (voir la liste synthétique)

– les photos d’identité des enfants pour les diverses inscriptions

– les RV de contrôle chez les spécialistes qui les suivent depuis tout-petits : ORL, pneumologue pour les ex-asthmatiques ou bronchioliteux

– les attestations de tarifs réduits pour la cantine, avec pléthore de justificatifs

– les inscriptions aux ateliers bleus

– les Doodle avec divers groupes de parents pour organiser les aller-retours aux activités

– le nouveau baby-sitter (enregistrement de RIB, déclaration à l’urssaf)

– la recherche de nouvelles activités pour ma fille qui veut faire du sport mais : pas de la danse, pas du foot, pas du multisport… le tout près de la maison, à des horaires compatibles avec les allers-retours pour ses frères

– l’orthophoniste avec qui il faut trouver un créneau horaire viable sur l’année

Je vous assure que ce n’est qu’un extrait !

tapis famille parisienne vaccins

Je recycle, tu recycles, il recycle… (plus ou moins)

Ne pas recycler, c’est mal. Même très mal. Bon de mon côté, j’attends juste que ma nouvelle cuisine soit installée et promis, dès que j’ai mes trois bacs différents (verre, carton-plastique, autre) je recycle à fond ! En attendant je mets le verre de côté, ça traine quelques jours devant la porte d’entrée ou sur le plan de travail… et enfin je le descends.

Qui sont les bons élèves du tri des déchets ? Qui sont les champions du recyclage en Europe ? Voici une carte du taux de recyclage des bouteilles d’eau en plastique.

Taux de recyclage des bouteilles d’eau en PET Source

Sans surprise, les Allemands sont les champions avec un taux de recyclage de 94%. A l’autre extrémité du spectre, les Grecs ne recyclent que 11% de leurs bouteilles en plastique. En France, comme indiqué sur la carte (source : PETcore Europe, PET bottles recycling rates within Europe), 63% des bouteilles PET sont recyclées. Ces chiffres datent de 2010, espérons que la situation s’est améliorée depuis ! Pour en savoir plus sur le recyclage des bouteilles en PET, une infographie

Prochaine étape : le compost sur le rebord de la fenêtre. Il semble qu’il existe des solutions avec des vers, j’avoue que je préfèrerais l’option « décomposition végétale simple », sans bestioles grouillantes. Je sais, je suis une citadine que la nature effraie facilement.

Où acheter des vêtements d’occasion pour les enfants en plein hiver ?

Cela fait belle lurette que j’évite d’acheter des vêtements neufs pour mes enfants. Je me précipite sur les vide-greniers, où j’achète, d’occasion, des habits de bien meilleure qualité que ceux que je pourrais m’offrir neufs.

Tee-shirts à 1€, pantalons à 2€, blouson à 5€, parka d’hiver à 8€ : c’est un vrai plaisir de chiner parmi des articles tous devenus abordables, comme par miracle. On cherche juste la jolie pièce, le prix compte peu.

Mais un problème récurrent se pose : comment acheter un vêtement hors des périodes de vide-grenier, au coeur de l’hiver par exemple ? Si j’ai fait des achats sur eBay ou LeBonCoin pour mes bébés, avec des lots de vêtements peu coûteux, la qualité n’était en général pas au rendez-vous.

C’est là qu’intervient Patatam.com, un nouveau site de vente de vêtements d’occasion. En plein dans la tendance de l’économie collaborative, il propose de revendre ses vêtements pour enfants (jusqu’à 6 ans). L’argent issu de votre colis de vêtements peut soit vous être versé directement, soit se transformer en avoir sur cette même boutique Patatam, avec une majoration de 25%.

Une belle initiative, qui permet d’accéder à des biens de qualité en évitant la spirale de la surconsommation.

Et hop, une jolie robe achetée 2€ sur un vide-grenier

Et hop, une jolie robe achetée 2€ sur un vide-grenier

Voici quelques autres sites qui proposent des services proches :

roseindigo.com : ce site promet des vêtements tendance, de qualité contrôlée, dans un état irréprochable

affairesdeptits.com, avec notamment la livraison offerte à partir de 60€ d’achat (mais 60€, ce n’est pas négligeable pour des vêtements d’occasion)

too-short.com : enfin un site qui propose des chaussures d’enfants d’occasion. Mais l’offre est encore un peu réduite