On dormira quand on sera mort…

C’est une phrase qu’on pourrait entendre dans la bouche des personnes que je croise vers 10 h le matin le dimanche, un gobelet de bière à la main. « Où y’a une after ? »

ON DORMIRA QUAND ON SERA MORT

Publicités

Que boire ? Comment choisir son eau en bouteille ?

En matière d’alimentation, je fais partie de ces personnes déboussolées qui ne savent plus qui croire.
On nous explique que l’eau du robinet est excellente à Paris, et hop je fais tous les biberons avec. Puis on m’explique que les canalisations étant en plomb, c’est très mauvais pour mes bébés. Trop tard, le mal est fait.

Le bio pire que le non bio ? Le bio qui nécessite plus de ressources en eau ? Les biscuits industriels BIO que je donne à mes enfants ? Mon mari me fait remarquer qu’ils contiennent officiellement de l’huile de palme… mais bio.

Quelqu'un peut m'indiquer le chemin ?

Quelqu’un peut m’indiquer le chemin ?

Et une fois que je me suis dit que j’aurais peut-être du effectivement faire les biberons à l’eau en bouteille, encore fallait-il décider quelle eau minérale choisir (Plus d’info là-dessus sur le site Eau Minérale Naturelle).

Voir mon autre article à ce sujet 

Aux pieds de feu Madame Arthur, rue des Martyrs, Paris 18

Le célèbre cabaret transformiste Mme Arthur, situé au début de la rue des Martyrs côté 18ème, a fermé ses portes définitivement. Pendant que les travaux redessinent entièrement l’intérieur, un artiste a planté ses personnages au ras du sol.

Ils rendent un dernier hommage à la vieille dame, à ses pieds.

 

collage Madame Arthur Paris 18

 

Et celui-ci traîne son gobelet de bière, comme les vrais noctambules de Pigalle.

graffiti Madame Arthur Paris 18

 

 

La ligne 2, le chemin vers la verdure

Où aller courir quand on habite à Pigalle ? Certes le terre-plain du boulevard de Clichy offre un bel espace, mais, petit détail, il figure parmi les axes les plus pollués de Paris. D’après une carte Airparif, l’air est un peu plus respirable sur la Butte Montmartre, à partir de la place des Abbesses. Sauf que, si l’air y est un peu plus pur, il est impossible de trouver de l’espace pour circuler, même en slalomant entre les piétons.

La solution que j’expérimente depuis un moment est de filer jusqu’à Porte Dauphine avec la ligne 2, pour atteindre le Bois de Boulogne. Quinze minutes de métro suffisent à atteindre le bout de la ligne. Alors là, évidemment, il faut encore traverser le Périph – si possible en apnée.

 

LIGNE 2 METRO PARIS

Après cinq minutes de marche, c’est l’arrivée au bord des lacs, bordés d’arbres majestueux. La récompense du déplacement est évidente : pins, canards, ormes, saules pleureurs, barques romantiques… Un bonheur de faire le tour des lacs en courant. Evidemment, si on tend l’oreille, on entend encore bien les voitures du Périph tout proche. Mais avec un casque sur les oreilles, le tour est joué !

courir au bois de boulogne