Allez, tous sur les patins à glace !

Premier dimanche des vacances, on cherche une idée de sortie en famille, alors que le temps est très mitigé. Direction la patinoire de l’hôtel de ville. L’entrée est gratuite pour ceux qui ont leur équipement, 6€ de location des patins pour les autres. Une seule obligation : avoir des gants, pour protéger les mains en cas de chute.

 

Manège traditionnel devant l'Hôtel de Ville de Paris

Manège traditionnel devant l’Hôtel de Ville de Paris

La patinoire de l'Hôtel de Ville de Paris

La patinoire de l’Hôtel de Ville de Paris

Les enfants adorent. Personnellement, j’avais préféré celle qui se trouvait en bas des Champs Elysées, dans le cadre du marché de Noël.

Et pour compléter ce bon moment, gaufres au Nutella pour tout le monde !

Faire de l’accrobranche en famille à Paris, c’est possible !


Le Bois de Vincennes faisant partie du territoire de la capitale, c’est donc bien à Paris ! Toujours pas besoin de voiture, prenez le métro, et descendez à la station Château de Vincennes. De là, il faut compter 10 minutes à pied, car l’espace Accrobranche se trouve au fond du magnifique Parc floral.

A plus de 12 mètres du sol, un enfant de 6 an, taille 1,31m !

A plus de 12 mètres du sol, un enfant de 6 ans, taille 1,31m !

Le parcours est progressif. Pour les novices, même adultes, il est fortement recommandé de se faire la main sur les parcours les plus faciles pour commencer.

Puis la difficulté augmente, difficulté uniquement liée à la hauteur des parcours. Car c’est bien connu, ce qui parait facile à 2 mètres du sol est beaucoup plus impressionnant à 12 mètres de hauteur !

Les parcours se font en autonomie totale, la sécurité étant garantie par un système de harnais. Aucun risque donc de laisser un enfant faire le parcours le plus difficile tout seul, une fois la sécurité enclenchée. Plusieurs tyroliennes permettent de jouer à Tarzan.

Les sensations fortes sont garanties, rien qu’à observer ceux qui se promènent entre les cimes des arbres. L’ambiance est bon enfant, mais à la concentration quand même.

Un défi que les plus jeunes sont loin d'être les derniers à vouloir relever

Un défi que les plus jeunes sont loin d’être les derniers à vouloir relever

Ne cherchez pas plus loin, pour l’instant il n’y a que cet endroit pour faire de l’accrobranche à Paris pour l’instant.

Pour plus d’infos

Une ballade en barque en famille ? Allez, on y va en métro !

Le Bois de Boulogne, c’est un peu de campagne aux portes de Paris. Depuis la station de métro Porte Dauphine, dix minutes à pied suffisent. Il faut certes traverser le périph, mais on est très vite dans les bois, même si le vrombissement des voitures se fait encore entendre un moment. Quelle récompense lorsqu’on arrive aux lacs ! Des arbres majestueux bordent l’eau, et les îles.

Une belle idée de promenade en famille : les barques, à des tarifs tout à fait raisonnables.

Le lac inférieur du Bois de Boulogne

Le lac inférieur du Bois de Boulogne

La Tour Eiffel se laisse apercevoir par moment entre les arbres, pour nous rappeler la présence de la ville, ville qu’on pourrait presque oublier tant le cadre est bucolique.

Barque au Bois de Boulogne

Barque au Bois de Boulogne

Alors, pas besoin de voiture pour aller faire une ballade apaisante.

Où acheter des vêtements d’occasion pour les enfants en plein hiver ?

Cela fait belle lurette que j’évite d’acheter des vêtements neufs pour mes enfants. Je me précipite sur les vide-greniers, où j’achète, d’occasion, des habits de bien meilleure qualité que ceux que je pourrais m’offrir neufs.

Tee-shirts à 1€, pantalons à 2€, blouson à 5€, parka d’hiver à 8€ : c’est un vrai plaisir de chiner parmi des articles tous devenus abordables, comme par miracle. On cherche juste la jolie pièce, le prix compte peu.

Mais un problème récurrent se pose : comment acheter un vêtement hors des périodes de vide-grenier, au coeur de l’hiver par exemple ? Si j’ai fait des achats sur eBay ou LeBonCoin pour mes bébés, avec des lots de vêtements peu coûteux, la qualité n’était en général pas au rendez-vous.

C’est là qu’intervient Patatam.com, un nouveau site de vente de vêtements d’occasion. En plein dans la tendance de l’économie collaborative, il propose de revendre ses vêtements pour enfants (jusqu’à 6 ans). L’argent issu de votre colis de vêtements peut soit vous être versé directement, soit se transformer en avoir sur cette même boutique Patatam, avec une majoration de 25%.

Une belle initiative, qui permet d’accéder à des biens de qualité en évitant la spirale de la surconsommation.

Et hop, une jolie robe achetée 2€ sur un vide-grenier

Et hop, une jolie robe achetée 2€ sur un vide-grenier

Voici quelques autres sites qui proposent des services proches :

roseindigo.com : ce site promet des vêtements tendance, de qualité contrôlée, dans un état irréprochable

affairesdeptits.com, avec notamment la livraison offerte à partir de 60€ d’achat (mais 60€, ce n’est pas négligeable pour des vêtements d’occasion)

too-short.com : enfin un site qui propose des chaussures d’enfants d’occasion. Mais l’offre est encore un peu réduite

Donnons.org : mais pourquoi ce site n’est-il pas plus connu ?

J’ai découvert il y a quelques années donnons.org, un site qui permet de donner et de recevoir des objets gratuitement.

Un concept aussi génial que simple, que j’ai pu tester avec succès, et dont je ne comprends pas qu’il ne soit pas plus connu !!!

Pour mes jumeaux, j’avais 2 chaises hautes de bébés Combelle, valeur 30€ pièce. Un peu cracra, le plastique de la partie table un peu abîmé, le tout encombrant et lourd : bref impossible à revendre. Car à ce prix là (30€), on se fait livrer du neuf. En même temps, je trouvais vraiment dommage de jeter 2 équipements en parfait état d’usage, qui plus est des équipements qui serviront 2 ans maximum avant d’être trop petits.

J’ai donc mis une annonce sur donnons.org, avec une photo. A partir de là, les candidats m’envoient un email, m’expliquant qui ils sont et pourquoi ils veulent récupérer les objets. Parmi les profils, j’ai vu : « ma belle-soeur s’installe en tant que nounou le mois prochain, il lui faut quelques équipements », « mes jumeaux vont avoir 6 mois », etc.

Là, pour éviter les abus, on peut rapidement vérifier quels types d’équipements les profils (candidats avec pseudo) ont déjà récupéré via donnons.org, et regarder par exemple si la demande fait sens : dans mon cas, la personne avait déjà demandé à d’autres des équipements doubles, pour jumeaux donc a priori.

Ensuite, après avoir laissé passer 2 jours, sélectionné la demande du profil qui me convenait le plus (100% subjectif !), j’ai pris contact par email avec la personne. Un monsieur très poli est venu de banlieue, s’est garé en double file, et m’a débarrassé des chaises hautes. Du coup, je n’ai même pas pris la peine de les lessiver avant, ce qui aurait été un minimum quand on vend un objet, même à 1€.

Bilan de l’opération : j’ai été désencombrée à moindre effort, avec en plus l’impression d’avoir fait une bonne action !

Image

Cours de musique à Paris : à peine plus chers à domicile  mais tellement plus pratiques

Les années précédentes, j’ai fait plusieurs tentatives pour que mes enfants puissent prendre des cours de musique :

–          Essai n°1 : L’excellente école de musique Yamaha : pédagogie au top, outils pédagogiques hyper sophistiqués (DVD, CD, ardoise magnétique, cahiers avec autocollants…). Top mais situé à Paris Bercy. Bref un enfer logistique : je traverse Paris avec un enfant, au retour on prend un sandwich dans le métro car il est déjà midi, pendant qu’un nounou garde les 2 autres à la maison.

–          Essai n°2 : Une école privée de musique classique, située rue des Martyrs. Cours de 30 minutes pour 2 enfants à la fois, méthode pédagogique ultra-classique existant depuis 3 générations. Mon fils s’ennuie, et logistiquement, attendre un enfant 30 minutes, c’est juste une heure de perdue au total. Et il faut toujours un nounou pour garder les 2 autres. Galère pour moi, sans compter un enfant qui nous supplie d’arrêter le piano

–          Essai n°3 : la petite classe alternative, méthode Mélopie. Mon cadet adore, adore la prof, adore le cours avec ses marionnettes, ses contes, ses instruments qu’on touche. Ce n’est pas donné, mais ça vaut la peine. Enfin il faut monter sur la Butte, dans un très joli appartement certes… et attendre 1 heure. Donc avec le nounou, l’un l’amène et l’autre va le chercher, on a le temps de se croiser à la maison sans avoir à déplacer les 2 autres. Mais au bout d’un an, patatras, la super prof quitte Paris. Je trouve un autre prof qui suit la même méthode, mais c’est à Jules Joffrin, il faudrait donc prendre le métro… j’abandonne.

–          Essai n°4 : le cours à domicile. Désespérée de ne pas arriver à concilier logistique et cours de musique, je décide de me renseigner sur les cours à domicile. J’imagine que c’est hors de prix, d’où le fait que je n’y avais pas pensé avant. Je surfe sur quelques sites spécialisés mais obsolète, puis tente ma chance sur LeBonCoin, devant quelques annonces de cours à bas prix. J’envoie quelques emails, quelques sms. Et là, miracle, quelques jours après, un prof me recontacte. Et c’est le bon ! Il vient une fois par semaine, 1h30 (30 minutes pour chacun des 3 enfants), la méthode est sympa (on commence par Une souris Verte, le Bon Roi Dagobert, mais aussi du blues, des classiques de la chanson…), les enfants apprécient. Et plus de souci logistique autre que de maintenir le calme dans la pièce où a lieu le cours. Le tarif au final n’est pas plus élevé que dans les autres écoles, car les cours non pris (vacances scolaires) ne sont pas payés. Bref je m’en félicite chaque semaine !

Image