Rendez-nous nos filles !

Difficile de ne pas s’émouvoir devant cette histoire de 270 lycéennes nigérianes enlevées par un groupe terroristes, qui leur conteste le droit à l’éducation.

Alors, cela sert-il à quelque chose de protester, de s’exprimer ? Pour cette affaire précisément alors qu’il y en a tant d’autres ?

Je prends le risque de relayer ici mon sentiment d’indignation.

Et ce n’est pas parce qu’on ne peut pas être sur tous les fronts qu’il ne faut être sur aucun !