« Maman, on peut avoir un chien ? »

Les enfants et les animaux, c’est une relation magique (voir mon article précédent sur « Le Chien et l’enfant« , une expérience bouleversante relatée dans le cadre du Téléthon). Moi aussi je rêverais d’avoir un chien. Mais il a suffi que je dépanne une fois les voisins en allant promener leur chien pour que je revienne à la réalité. «Voici la laisse du chien, il est adorable, vous verrez ». Mais surtout voici l’accessoire indispensable pour promener un chien en ville à Paris en 2014 : le sac plastique. Mon petit voisin (10 ans) m’explique qu’il faut prendre des sacs de bonnes qualité, car l’autre jour l’un d’eux était percé et… Sinon il me précise qu’il ne faut pas que je sois surprise par le fait que ce que je vais ramasser soit chaud… Et surtout qu’il faut bien que je ferme le sac en faisant un nœud avant de le jeter à la poubelle. Beurk !

Une fois surmontés les hauts le cœur liés à cette balade bi-quotidienne (quand-même !), voici l’autre casse-tête : la garde du chien pendant les vacances.

Alors là, j’ai beau énumérer la quantité de choses qu’on ne peut pas faire avec un chien (le séjour au ski dans un studio, le parc Astérix, aller au Danemark en avion…), ils trouvent tout à coup un tas de solutions : « puisqu’un enfant sur deux ne part pas en vacances, on a forcément plein de copains de l’école qui pourraient le garder », « mais si mais si, il serait très bien avec nous dans la voiture, par terre à l’arrière ».

Il existe certes des modes de garde, mais ils sont souvent onéreux (lire un article du blog mes-animaux-de-cœur à ce sujet).
Après mes explications, souvent répétées car le sujet revient souvent, on arrive enfin sur « Maman, on peut avoir un chat, au moins ? »

"Promis les enfants, si on habitait dans un village comme celui-ci, on aurait un chien (et peut-être même deux)"

« Promis les enfants, si on habitait dans un village comme celui-ci, on aurait un chien. Et peut-être même deux. »